Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 21:54

Des-producteurs-bio-.-1.jpg

 

Slow Food Roussillon organise



* Le premier Petit Marché Slow Food « bon, propre et juste »



Avec vingt producteurs :

- des produits de qualité et de terroir : Régalez-vous et agissez

en faveur de votre santé et de l'environnement !

- possibilité d'acheter sur place pour se restaurer et pour emporter.



* Une journée Portes Ouvertes

- Slow Food Roussillon

- AMAP du Palais Vert 

Présentation des deux associations dans leurs locaux.

Des animations, de la musique, des ateliers pour les grands et les petits.





Venez nombreux : entrée gratuite

 

Dimanche 2 Mars de 9 h 30 à 17h 30

 

 Casa del bon menjar » (ancienne école de Château Roussillon

( à coté de Ruscino)  PERPIGNAN 

---------------------------

www.slowfoodroussillon.wordpress.com



www.slowfoodroussillon.wordpress.com


Contact: tel. 0627377804

 

 


Repost 0
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 16:14

 

animé par Mme Godbout

Association Bien-être, Saveurs et Vitalité


A partir du 26/10 à Céret,
les ateliers auront lieu les samedis de 15 h 30 à 17 h 30.


NORI MAKI SUSHI, ROULEAUX D'ALGUES NORI,
VERSION ALIMENTATION VIVANTE

 

le 12/10 au BOULOU et le 26/10 à CÉRET
 

LES GRAINES GERMEES, SOURCE D'ENZYMES VIVANTES

le 9/11 à PERPIGNAN, le16/11 au BOULOU et le 23/11 à CÉRET

 

DÉLICES DES FÊTES, SE FAIRE PLAISIR SANS SE FAIRE DE MAL ! 

le  30/11 à PERPIGNAN, le 7/12 au BOULOU et le 14/12  à CÉRET
 
Pensez à réserver par téléphone
ou sur place dans votre magasin Réso Bio !

 
Pour tout renseignement, pour demander du conseil individuel ou pour proposer une date d'atelier à votre domicile, vous pouvez joindre Marguerite Godbout par courriel ou au 04.68.63.40.82 ou 06.30.14.96.14.

 
Repost 0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 21:20

 

Vous avez envie de goûter aux abricots bio de Mme Coste ????

 

Passez moi votre commande par mail

et allez chercher vos abricots

 

mercredi à

 

Céret à 10h30 (mme Coste arrive par LLauro, donc le petit parking à votre droite, avant de rentrer ds Céret)

Le Boulou à 11h parking du Greta

Amélie les Bains à 11h45 sur le parking, prés du stade sur la droite à la sortie d'Amélie les Bains(qd on arrive de Céret)

 

 

Pour faciliter la cueillette et la livraison,

dites moi ce qu'il vous faut avant lundi soir (cath-mourier@orange.fr)

 

 _ quantité et lieu où vous allez vous rendre !

 

si vous ne pouvez pas prendre les abricots mercredi et/ou si vous êtes sur Arles sur Tech et le haut Vallespir,

choisissez de passer par le groupement d'achat, le Gecco

(Arles sur tech)

 

 

Ce sont des abricots à consommer directement et excellent  en tartes et gâteaux !

 

Conditionnés en  barquette de 1kg, à 2€50 le kg ;


vous réglez directement mme Coste en venant chercher votre commande.

 

Et pour commander,

 

envoyer moi un mail avant lundi soir ; les abricots sont cueillis en fonction des commandes, et ne sont jamais conservés en chambre froide !!!!!

 

mon mail :

cath-mourier@orange.fr

 

livraison mercredi à

 

Céret à 10h30 (mme Coste arrive par LLauro, donc le petit parking à votre droite, avant de rentrer ds Céret)

Le Boulou à 11h parking du Greta

Amélie les Bains à 11h40 sur le parking, prés du stade sur la droite à la sortie d'Amélie les Bains(qd on arrive de Céret)

 

Attention, passez votre commande avant, pas de vente sur place !

merci,

 

Catherine

04 68 21 37 24

 

 

 

 

Repost 0
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 18:40

 

Jacqueline a 2 poules trés productives (car elles sont libres et bien nourries, je crois !!!!)

 

Elle nous propose les 6 oeufs pour 1€40, vous pouvez la trouver entre autre à Céret, appelez la !

 

jacqueline Valberg 0620496717  j.valberg@laposte.net

 

4500327710_aaa52f0b1e.jpg

 

Si comme Jacqueline, vous souhaitez faire passer un message sur ce blog, laissez-moi votre message sur cath-mourier@orange.fr ou appelez au 04 68 21 37 24 !

A bientôt,

Cath.

 

 


Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 09:29

 

 



Un nouveau logo bio pour les produits issus de l'agriculture biologique française apparaîtra bientôt dans les rayons.
Celui de Bio Cohérence, marque lancée le 12 avril dernier, à l'initiative de la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique.

Faisant face, entre autres,à l'entrée de la grande distribution sur le secteur commercialisant des produits qui ne respectent pas systématiquement des critères sociaux et environnementaix, Bio Cohérence entend se positionner comme un repère pour le consommateur, un gage de qualité et de respect de tous les acteurs de la filière.

Ce nouveau label, s'appuie donc sur un cahier des charges plus exigeant que celui du label européen.
Le label bio européen permet lui d'autoriser en effet jusqu'à 0,9% d'OGM "accidentels", des traitements antiparasitaires illimités, 3 antibiotiques...
Il s'agit ainsi de défendre des produits avec 0% d'OGM et 100% biologique. La marque devrait d'abord apparaître dans les petits circuits de distribution. (source : Novethic)
 

 

Article sur le journal "l'âge de faire" de mai 2010.
http://www.lagedefaire.org/

Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 11:15

Dès que l’on parle de changement climatique, beaucoup de gens pensent qu’il s’agit d’un sujet uniquement lié aux transports, aux ampoules électriques, aux centrales au charbon, à la pollution des avions… Oui, tous ces éléments sont des acteurs majeurs et les causes du changement climatique. Mais l’alimentation est aussi un autre facteur important que nous devons prendre en compte dans nos efforts pour affronter la crise climatique. L’alimentation ?





L’alimentation influence la manière dont nous vivons dont nous agissons sur l’environnement
Dans le monde, l’agriculture est responsable de près d’autant d’émissions de gaz à effet de serre que toutes les formes de transport réunies (13% pour l’agriculture contre 15% pour les transports)… L’agriculture est responsable de l’essentiel des émissions pour les gaz à effet de serre autres que le CO2 : méthane et protoxyde d’azote. Ainsi, aujourd’hui, en France, l’agriculture occupe la première place dans les émissions nationales si nous tenons compte de tous les gaz qui ont des émissions directes. Pour obtenir une image plus complète de la situation, regardez cette vidéo de Slow Food Nation qui explique comment la nourriture et le climat sont liés.

Ce qu’il faut changer


Stop au tout viande
Un peu partout, des spécialistes s’accordent à dire que le bio est une excellente chose en matière de protection de l’environnement. Lors de la production de nourriture via la filière bio, les émissions de CO2 et de N2O baissent, et les émissions globales par kg de nourriture sont diminuées. Mais les ruminants continuent à roter du méthane… et c’est ainsi notre mode d’alimentation qui doit être revu, afin de consommer moins de viande (la consommation de viande en Europe a plus que doublé depuis 1960). Car l’explication tient à cette équation : les émissions de méthane du bétail représentent 20 % des émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre… mais le méthane a un pouvoir de réchauffement 23 fois plus élevé que le CO2 !


Privilégier la filière locale
Manger local, c’est à la fois faire un achat solidaire économiquement, mais aussi un achat efficace écologiquement. Réduire les distances de transport, et ainsi la pollution engendrée, est un besoin. En achetant localement les produits (ccopératives, AMAP, en faisant des récoltes), vous réduisez le bilan carbone.


Bannir les emballages excessifs
Recycler une canette économise 75 % de l’énergie nécessaire à la fabriquer… mais les exemples sont nombreux, de produits qui ne devraient pas avoir autant d’emballages. Qualifiée parfois d’operculophilie (qui désigne l’es excès de certains industriels à utiliser des films pour les portions), cette tendance des fabricants à vouloir tout emballer, filmer, découper en portions individuelles, doit cesser. La fabrication des emballages bien sûr demandent beaucoup d’énergie et représentent de l’ordre des ¾ des émissions de l’industrie alimentaire. Les refuser est un choix que le consommateur doit faire. Certaines marques utilisent des films à base de plastiques recyclés et d’encres végétales. Voila également une solution, une voie à suivre.


Passer à l’alimentation vivante
Certains proposent une révolution alimentaire, qui s’inspire du mode d’alimentation des tribus montagnardes Hunzas au nord du Pakistan et des Esséniens qui vivaient au Moyen Orient il y a plus de 2000 ans : l’alimentation vivante. Son principe de base est simple : se nourrir de végétaux crus et de graines germées. Ce qui implique d’abandonner à la fois toute nourriture d’origine animale et toute forme de cuisson des aliments. Cette révolution, selon ses tenants, aurait deux grands effets positifs :

  1. sortir de la sous-alimentation chronique le milliard d’êtres humains qui y sont plongés ;
  2. faire face aux dérèglements climatiques actuels.

Allons nous changer notre alimentation par conscience écologique, ou l’adapter au changement climatique ?
« L’alimentation face au changement climatique sera le résultat des adaptations du monde agro-alimentaire, de la mise en place d’une agriculture plus locale, plus écologique et plus flexible. Concilier les enjeux environnementaux nécessitera de ce fait une implication des consommateurs. Ils devront peut-être en contrepartie payer les produits plus chers et revoir leur modèle alimentaire » explique Sabine Rabourdin, Ingénieure et diplômée en ethnoécologie. repenser l’agriculture, notre alimentation, et la rendre plus juste, c’est aussi agir face aux problèmes d’inégalité, et d’accès à la nourriture. En effet, l’OMS et l’ONU ont déjà identifiés 21 régions critiques du monde où les taux de malnutrition sont sévères et chroniques… tout ceci va t-il continuer encore longtemps ?

Selon le Directeur général de l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) Jacques Diouf, il faut « la volonté politique et le respect des engagements financiers pour permettre de réaliser les investissements indispensables à la promotion d’un développement agricole durable et de la sécurité alimentaire dans les pays les plus pauvres du monde« .



A lire pour en apprendre plus :



http://www.cuisson-basse-temperature.fr/alimentation-vivante-et-saine/alimentation-environnement/



Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 14:18



Chicorées : les vertus de l’amer

Les chicorées et leurs vertus




Connues depuis l’Antiquité pour leurs nombreuses propriétés médicinales, les chicorées améliorent notre santé digestive et nous fournissent les vitamines, minéraux et oligo-éléments qui dynamisent notre métabolisme.


De nos jours, le terme chicorée est surtout associé au substitut de café. On oublie qu’il désigne diverses formes de salades plus ou moins amères que nous consommons régulièrement.

 

On distingue deux grandes familles : les chicorées endives ou Cichorium endivia, qui comprennent la scarole et la frisée, et les chicorées sauvages ou Cichorium intybus dont font étonnamment partie l’endive ainsi que la barbe-de-capucin, les chicorées italiennes et la variété qui sert à fabriquer la boisson.

 

Elles étaient déjà utilisées dans l’Antiquité pour leurs propriétés médicinales.

 

Ainsi, Romains et Grecs leur attribuaient des vertus digestives et s’en servaient contre l’insuffisance hépatique, la jaunisse et l’herpès.

On utilisait alors des préparations traditionnelles de chicorées comme tonique amer ou en guise de cure printanière de purification de l’organisme. Depuis ces temps anciens, de nombreuses variétés ont vu le jour en fonction des conditions climatiques et du contexte de culture.

 



Propriétés digestives et hépatiques


C’est principalement pour leurs propriétés digestives et diurétiques qu’on utilise les chicorées.


On trouve dans leurs feuilles, et surtout dans leurs racines, de l’inuline.

Il s’agit d’un glucide qui stimule les sécrétions gastriques, notamment la production de bile. L’inuline aurait un effet prébiotique qui favorise le développement de la flore intestinale bénéfique, prévenant ainsi certains troubles gastriques tout en favorisant la bonne santé de l’intestin.

La consommation de chicorée jouerait même un rôle positif dans la prévention du cancer du côlon, et des essais cliniques ont prouvé que les propriétés laxatives de l’inuline permettaient d’atténuer les constipations et d’améliorer l’absorption du calcium.

De plus, selon une étude du professeur Beylot de la faculté de Lyon, elle permettrait de réduire le cholestérol de 9 % et les triglycérides de 14 %.

Les chicorées sont également considérées comme des plantes nettoyantes qui, à des doses raisonnables, contribuent à purifier le foie.


Un aliment précieux et peu calorique


Il est assez commun de penser qu’il faut accumuler des réserves caloriques en hiver pour mieux lutter contre les conditions climatiques hostiles.

Cependant l’organisme a toujours besoin d’être drainé. Ainsi les chicorées s’avèrent être une catégorie d’aliments dont la teneur en eau et en fibres est importante (95 % d’eau pour les endives et les variétés italiennes).

 

En outre, pour ceux qui surveillent leur prise de poids, elles ont l’avantage d’avoir un apport calorique et énergétique faible : 100 grammes d’endives fournissent 15 kilocalories, soit 63 kilojoules. Mais leur intérêt réside surtout dans les différentes vitamines, minéraux et oligo-éléments qu’elles contiennent.

 

Certains sont présents au sein des deux espèces : le potassium occupe ainsi la plus grande place (205 mg pour 100 g d’endive). Sa présence importante associée à une faible teneur en sodium leur confère des propriétés diurétiques.

 

D’autres minéraux, comme le phosphore, le calcium et le magnésium, fournissent à ceux qui en consomment un capital qui contribuera notamment à l’entretien de leur os et de leur dentition. Mais ce n’est pas là leur seule particularité. Ces minéraux interviennent également dans la production d’énergie de notre métabolisme, la transmission des influx nerveux, ainsi que la contraction musculaire. On comprend donc pourquoi on a utilisé les chicorées comme toniques au cours de l’histoire.

De plus, nos besoins en vitamines sont très variés et la consommation de ces salades permet de les combler à maints égards : on y trouve notamment les vitamines du groupe B, qui participent entre autres à une bonne croissance et à la fabrication des globules rouges.

Les chicorées sauvages contiennent une quantité notable de folate (vitamine B9) qui sert à la fabrication de l’ADN et au fonctionnement du système immunitaire. Les salades frisées et scaroles ont une bonne teneur en vitamine K qui intervient dans la fabrication des protéines et améliore la coagulation.


Un anti-âge efficace

 

De nos jours, la préservation du capital jeunesse est un souhait partagé par tous. En consommant des chicorées sauvages comme la barbe-de-capucin, on ingère des oligo-éléments et des vitamines antioxydantes qui protègent nos cellules du vieillissement en contrant l’effet des radicaux libres. Ils participent ainsi à la prévention de certains cancers et des maladies cardio-vasculaires.

 

Les chicorées contiennent du cuivre, du manganèse et du sélénium dont l’association à la vitamine E se révèle très efficace. En outre, le cuivre intervient dans la synthèse de l’oxygène au sein des globules rouges et l’entretien des fibres nerveuses, tandis que le manganèse est capital dans le bon fonctionnement du cerveau.

 

En outre, la couleur des légumes atteste de leur teneur en antioxydants. Ainsi les chicorées italiennes (de couleur rouge) sont encore plus riches que les autres en composés et acides phénoliques comme les flavonoïdes notamment, qui sont également des substances antioxydantes, tout comme les vitamines C et A, très présentes dans ces mêmes variétés. Ces vitamines participent aussi au développement osseux, au maintien de la peau et à la protection contre les infections.


Au vu de leur diversité d’aspect et de saveur plus ou moins marquée, les chicorées conviennent à tous les appétits. Ainsi on trouvera un intérêt culinaire et médical à consommer cette famille de légumes dont les propriétés raviront le corps et les papilles.

 

http://www.plantes-et-sante.fr/article/manger-sain-la-chicoree.html?page=1

 

Repost 0

Bienvenue sur ce blog !!!!

Du haut de ma montagne, au dessus d'Amélie les Bains, je participe, à ma façon, à la création de liens "écolos et solidaires", à travers les articles mis sur ce blog !


Ce blog qui se veut interactif, vivant, joyeux, coloré et riche de toutes les belles initiatives qui naissent dans le Vallespir et bien au delà !

Bientôt 5 ans(anniversaire en février 2014) que je communique avec vous sur Vallespir en réseau et vous êtes de plus en plus nombreux à vous inscrire sur ce blog afin d'être rapidement informé !

IMGP2815.JPG

Qui suis-je ? Maman de 2 fillettes et de 3 grand gaillards ! J'aime vivre proche de la nature et poursuivre avec l'homme de ma vie, cette belle création de lieu convivial, serein, sain et ressourçant que nous gérons depuis 4 ans ...

Je jardine aussi et je  cuisine "bio" pour  nous et  toutes les personnes qui font étape ou souhaitent séjourner chez nous (écogîte de la palette !)

Vous pouvez me joindre par mail : cath-mourier@orange.fr

 

Udac66

Udac66
Conçu pour :
- Échanger
- S’entraider
- Connaitre les ressources locales 

(par thématiques et localités, pour consommer autrement).

Internet:  www.udac66.org
Mail: contact@udac66.org


se déplacer avec le bus à 1€!

 

Privilégiez les déplacements en bus à 1€ mis en place par le conseil général dans tous le département !

http://www.cg66.fr/553-plan-et-horaires.htm

 


Venir à l'écogîte de la Palette

crbst_randonneur.jpg04 68 21 37 24
 http://ecogitedetape66.com
ecogite-3--aout2013.jpg

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un gîte d'étape pour se ressourcer,

  se prélasser et surtout randonner

  toute l'année !!!

chambre-rev-d-oiseaux.jpg 



Table d'hôtes avec repas bio

Etape
et Courts séjours
Aire naturelle de camping

les filles à la rivière à 19h enfin l'été




Rubriques

Liens Locaux Ou/et Amis