Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 22:40

 

 

Tribune libre d'Isabel Babou et de Philippe Callot*. La fin du pétrole, chronique d’une pénurie annoncée depuis longtemps,  semble devenir une réalité. Dans un rapport du 13 mai 2011, l’ONU prévoit un triplement de la consommation de biomasse, hydrocarbures et de minerais d’ici 2050 si nous n’apprenons pas « à faire plus avec moins ». De son côté l’organisation mondiale du tourisme insiste sur la nécessité de faire du tourisme pour alimenter l’économie des pays qui en sont totalement dépendants.  Un rapport de la Direction générale  de l’énergie et du climat et datant de 2010 estime que le nombre de passagers au kilomètre augmenterait de 223% d’ici 2035. La part de l’avion dans les déplacements touristiques passerait de 40 à 52%. Les émissions dues aux activités touristiques croîtraient de 305% et celles dues à l’hébergement de 170%. Seulement le pétrole va manquer… mis avant cela son prix va considérablement augmenter ; nous en faisons l’expérience actuellement.

 

 

Que devient le tourisme dans ce contexte,

lui qui en dépend si lourdement ?

Sans pétrole ni énergies de substitution, il peut entrer dans une longue agonie. Les staycations, vacances à la maison, pallient derrière leur look hype à une impossibilité de voyager. Cela n’a pas que des inconvénients. L’argent consacré aux vacances reste dans le pays, profitant ainsi à l’économie locale. Le  staycationner a l’occasion de mieux connaitre sa ville, voire d’en profiter différemment. Festivals, animations, etc. ne manquent pas durant l’été.

 

L’absence d’énergie amplifiera sans doute cette tendance de fond.

 

Pourquoi partir quand tout est si bien chez nous ?

 

Si 35% des Français ne partent pas en vacances, les  staycations vont changer ce chiffre…
Dans un sursaut d’énergie, le tourisme peut s’orienter vers les mobilités douces, vers la proximité et la lenteur.

«  Douce France » chantait le félibre…qui la connait ? L’occasion est toute trouvée. « Paris - Deauville en 4 heures c’est extra »… Une croisière sur la Seine  entre Honfleur et la tour Eiffel, c’est pas mal non plus et finalement assez exotique autant qu’original !

Le train sera aussi une réponse : Moscou – Nice en plus de 53 heures et 22 étapes est déjà une réalité sans être une tendance#.

Pour ce qui est de la proximité, il s’agira de trouver le dépaysement moins loin de chez soi.

 

Si des énergies de substitutions sont disponibles pour le tourisme alors nous voyagerons, encore et toujours.

Nous reviendrons à un tourisme élitiste comme celui du XIXème, qui fleurera bon le palace et la coursive dorée si ces énergies sont chères, si les capacités d’emport des engins mus avec ces nouveaux modes sont limitées. Les compagnies low cost appartiendront au passé. Le voyage devra se payer.
Si ces énergies disponibles sont bon marché nous allons droit vers un tourisme de masse très préoccupé de protection  de l’environnement.

Les enseignements du passé auront leur utilité: des gestes pour l’environnement, moins de rejets, une eau économisée, des déplacements optimisés – covoiturages, développement des modes de transport alternatifs, en bref une optimisation de "l’énergie nécessaire aux loisirs".

 

C’est une amplification des échanges d’un continent à l’autre, d’un pays à l’autre, d’une région vers d’autres… avec les énergies de substitution aux transports financièrement accessibles.

Eternels optimistes, nous avons confiance en la science :
celle d’hier comme celle d’aujourd’hui. La Ford T de 1908 parcourait une vingtaine de miles# pour un gallon, ce qui est plus performant que la plupart des SUV# actuels. La première voiture de H. Ford (1905) roulait avec un mélange d’essence à 11% d’éthanol ! La première voiture électrique a été chronométrée à 100 Km/h aux Etats Unis en 1899.

 

Plus récemment, Tesla Motors a présenté au salon de Detroit en 2009, un bolide entièrement silencieux, 100% électrique, à zéro émission, qui peut atteindre 240 km/h avec une autonomie de presque 400 km.
Quant à l’avion solaire de Bertrand Piccard, celui dont on attendait le succès du vol de nuit en juillet dernier, il a réussit un nouvel exploit le 13 mai dernier: le vol Palerne – Bruxelles en 12h et 59 minutes à la vitesse de 70km/h.

L’espoir renaît. Le mode de propulsion du touriste n’est donc pas en question. Nul ne croit  - ou ne veut croire - à la "panne sèche" du chercheur et partant au défaut de solutions.

 

L’avenir du tourisme dans un monde sans pétrole sera peut-être riant, permettant à tous de sillonner la planète, libérant aussi certains états d’une dépendance presque totale au tourisme.

 

Le tourisme semble sauvé autant que sauveur.


Que fait-on avec un baril de pétrole ?


1 baril    Ski à Dubaï. Consommation annuelle : 35 000 barils (pour 35 000 visiteurs) soit 1 baril par personne et par jour !
1 baril    Correspond à 2 500 km à bord d’une voiture 6 l/100km
1 baril    Correspond à 1 an de travail (12 h/jour, tous les jours) d’un agriculteur
1 baril    Permet d’extraire 5 barils de « tar sand »
1 baril    Permet d’en extraire 20 (pétrole conventionnel)
574 barils    = un vol Paris-New York en Airbus A 380 (2,9 l/100km par passager pour environ 6 000 km avec une moyenne de 525 personnes).
6 barils    Pour élever une vache de la conception à l’assiette (Etats-Unis)

 

Consommation quotidienne mondiale 86 millions de barils

 

http://www.lejournaldelecotourisme.com/pole-experts/avis-dexperts/isabel-babou-comment-voyager-sans-petrole

 

*Auteurs de la tribune

Isabel BABOU, Fondatrice de BABOU Conseil, Vice- présidente de l’AFEST
isabel.babou@wanadoo.fr Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Philippe CALLOT, Prof. Dr., Groupe ESCEM à Tours-Poitiers
pcallot@escem.fr Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bienvenue sur ce blog !!!!

Du haut de ma montagne, au dessus d'Amélie les Bains, je participe, à ma façon, à la création de liens "écolos et solidaires", à travers les articles mis sur ce blog !


Ce blog qui se veut interactif, vivant, joyeux, coloré et riche de toutes les belles initiatives qui naissent dans le Vallespir et bien au delà !

Bientôt 5 ans(anniversaire en février 2014) que je communique avec vous sur Vallespir en réseau et vous êtes de plus en plus nombreux à vous inscrire sur ce blog afin d'être rapidement informé !

IMGP2815.JPG

Qui suis-je ? Maman de 2 fillettes et de 3 grand gaillards ! J'aime vivre proche de la nature et poursuivre avec l'homme de ma vie, cette belle création de lieu convivial, serein, sain et ressourçant que nous gérons depuis 4 ans ...

Je jardine aussi et je  cuisine "bio" pour  nous et  toutes les personnes qui font étape ou souhaitent séjourner chez nous (écogîte de la palette !)

Vous pouvez me joindre par mail : cath-mourier@orange.fr

 

Udac66

Udac66
Conçu pour :
- Échanger
- S’entraider
- Connaitre les ressources locales 

(par thématiques et localités, pour consommer autrement).

Internet:  www.udac66.org
Mail: contact@udac66.org


se déplacer avec le bus à 1€!

 

Privilégiez les déplacements en bus à 1€ mis en place par le conseil général dans tous le département !

http://www.cg66.fr/553-plan-et-horaires.htm

 


Venir à l'écogîte de la Palette

crbst_randonneur.jpg04 68 21 37 24
 http://ecogitedetape66.com
ecogite-3--aout2013.jpg

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un gîte d'étape pour se ressourcer,

  se prélasser et surtout randonner

  toute l'année !!!

chambre-rev-d-oiseaux.jpg 



Table d'hôtes avec repas bio

Etape
et Courts séjours
Aire naturelle de camping

les filles à la rivière à 19h enfin l'été




Rubriques

Liens Locaux Ou/et Amis